Sentier artistique – L’Art sur le Causse

Juillet – septembre 2016

Catherine Libmann, plasticienne déploit ses recherches autour de la fibre, de la tapisserie haute lice au papier. Depuis 2015, elle installe une « chambre verte » sur le parcours du causse.

Elle découvre lors d’une résidence de création au Québec en 2013 les ‘amas coquillers’, des murs de palourdes qui témoignent de l’occupation des lieux par les indiens et qui leur ont permis de faire valoir leurs droits sur les terres et d’y rester.

La beauté de ces amas et leur charge émotionnelle font écho à ses réflexions sur les traces du quotidien, orientées vers le passage, le déplacement, le nomadisme. Sa « chambre verte 2016 » se joue d’entrelacs de sarments de vigne, en bouquet de coquillages de papiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *